En plus du mariage civil, le seul valable au regard de la loi, il est possible de célébrer son union selon le rite de sa conviction religieuse. Voici un petit tour d’horizon des cérémonies religieuses les plus communes :

  • La cérémonie de mariage catholique

La cérémonie se déroule - sous la condition d’être catholique, baptisé et ne pas avoir été marié à l’église précédemment, sauf dérogation - à l’église, et a le statut d’un sacrement.

L’entrée suit un ordre bien défini, les mariés séparément. Durant la cérémonie, diverses lectures sont effectuées par le prêtre, les mariés et leurs invités.

Le couple échange ensuite son consentement et peut enfin s’embrasser. Après un moment de recueillement et la bénédiction du prêtre, les mariés échangent leurs alliances puis récitent une prière rédigés par leurs soins avec l’aide du prête, et ce dernier leur transmet finalement la bénédiction nuptiale.

Une quête peut avoir lieu, suivie de la lecture de la prière universelle, de la communion et de la bénédiction finale. Il ne reste plus aux mariés et leurs témoins qu’à signer le registre !

 

Photographe Morin

 

  • La cérémonie de mariage protestante

Contrairement au mariage catholique, le mariage protestant est considéré comme une bénédiction et non pas un sacrement, durant lequel le couple s’engage, entre autre, à se témoigner respect et fidélité. Il n'est donc pas indispensable que les deux membres du couple soient protestants, et le divorce ne représente pas un empêchement.

Le type de cérémonie varie selon la profession de foi. Dans tous les cas, l’essentiel du programme est le même : les mariés font leur entrée ensemble, suivis du cortège. Leur union est bénite par le pasteur, qui leur rappelle des valeurs fondatrices du mariage.

S’ensuivent diverses lectures bibliques, chants et prières. Le pasteur délivre ensuite un message aux mariés, qui échangent leur consentement puis quittent le temple munis d’une Bible reçue en cadeau.

 

Photographe Morin

 

  • La cérémonie de mariage juive

Le mariage est considéré comme un acte fondamental permettant l’épanouissement du couple. Les deux mariés doivent être juifs et le divorce n’est pas un obstacle, à condition de respecter le délai de viduité.

Le mariage juif se déroule généralement dans une synagogue et est souvent précédé d’une soirée du henné, du bain purificateur de la mariée, d’une visite à la synagogue et parfois d’un jeûne.

Les futurs mariés arrivent séparément sous le dais nuptial. Après la lecture de la bénédiction des fiançailles, les mariés boivent un verre de vin béni. Le marié passe l’alliance de son épouse à son index et le rabbin procède à la lecture de l’acte de mariage qui sera signé par les mariés. Après le partage d’un deuxième verre de vin et la lecture des bénédictions a lieu le bris du verre, qui clos la cérémonie.

Histoiresdimages

 

  • La cérémonie de mariage musulmane

Le mariage musulman est un contrat passé librement entre un homme et une femme qui s'engagent à s'apporter amour et protection. Il peut avoir lieu après un précédant divorce à condition de respecter le délai prescrit, et entre un homme musulman et une femme d’une autre religion monothéiste, mais pas le contraire.

La cérémonie se déroule dans une mosquée ou chez les parents de la mariée. Après la cérémonie du henné ayant lieu la veille, les hommes se retrouvent dans une pièce séparée avec l’imam qui récite une allocution. La mariée y est représentée par son tuteur (père, frère ou oncle), qui consent pour elle au mariage.

L'Imam lit ensuite quelques versets du Coran, puis les hommes retrouvent les femmes dans l’autre pièce et il est procédé à l'échange des alliances, après quoi sont dites des invocations en faveur des mariés.

 

Manon Piovesan - Photographie